Les habitants et la Cour du Languedoc sont mis à l’honneur avec « J’y étais »

Vendredi soir, l’exposition « J’y étais » a été inaugurée en présence notamment du maire de Metz. L’association Bouche à Oreille et la photographe Evy M ont dévoilé cette série de photographies mettant en scène les habitants du quartier devant les travaux de la Cour du Languedoc, qui s’affiche à la médiathèque Jean Macé, du 1er au 28 décembre.

 

Réalisée dans le cadre du projet ReBorny, qui regroupe l’ensemble des actions culturelles de concertation, d’information et de médiation qui accompagnent les transformations du secteur du Languedoc, cette exposition a été réalisée par l’association Bouche à Oreille et sa photographe en résidence, Evy M. Pendant plusieurs mois, cette dernière a rencontré les habitants de la Cour du Languedoc ainsi que des membres d’associations et de structures du quartier et a réalisé leur portrait photo devant les travaux de la Cour. En tout, ce ne sont pas moins de 246 personnes qui ont participé à ce projet.

Lors de l’inauguration de « J’y étais », Dominique Gros, le maire de Metz, a tenu à souligner à quel point il était nécessaire de réhabiliter cette zone du quartier tout en rappelant que « ce n’est pas seulement des bâtiments qui sont détruits, ce sont aussi des appartements, des murs auxquels les habitants sont attachés. Une démolition, c’est toujours une épreuve mais il faut, à présent, se tourner vers l’avenir avec certes de la nostalgie mais aussi de la fierté ».

Cette exposition justement rend hommage à ces personnes qui ont dû quitter leur logement, qui voient « leur » cour changer chaque jour. Elle « montre toute leur humanité », se réjouit le maire de Metz. Un ressenti partagé par Evy M, qui a réalisé cette série de portraits. « C’était une commande au départ et c’est rapidement devenu quelque chose d’émouvant. J’ai découvert des histoires de vie en prenant ces photos parce qu’en touchant à l’habitat, on touche forcément aux habitants, à l’intimité. C’est toute une vie qui part pour certains ». Pour elle, c’est une certitude : c’est un projet qui va rester, un témoignage d’un moment important dans la vie du quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.