Les acteurs de la médiation numérique #3 : Eric Durand

Dans le cadre du plan France relance, le gouvernement va réaliser un investissement inédit pour le numérique, avec notamment le déploiement de  4000 conseillers numériques, dont la mission sera de former et d’accompagner aux droits. Cette nouvelle mesure est l’occasion pour notre média de proximité de s’intéresser à la médiation numérique, d’autant plus qu’avec son nouvel espace Bornybuzz numérique, l’association est impliquée dans la lutte contre la fracture numérique. Pour comprendre ce nouveau défi à relever nous avons réalisé une série d’entretiens de médiateurs numériques chevronnés pour comprendre les bonnes pratiques et les pièges à éviter.

Le troisième médiateur que nous avons interrogé est Eric Durand médiateur numérique à La Quincaillerie et qui a coordonné le déploiement du Pass numérique, autre mesure phare du gouvernement, dans le département de la Creuse.

La médiation numérique selon Eric durand

Le numérique est multiple et varié, il touche différents types de publics, sur différents types d’usages, par rapport à différents types d’outils, différents types de projets, et différents types de finalités. Dans ce contexte, la médiation numérique sert à faire le lien entre l’humain et le numérique, de mettre en confiance afin de donner du pouvoir d’agir aux bénéficiaires..

L’importance du bouche à oreille 

Le pass numérique est comme un ticket restaurant. C’est un moyen de paiement pour un repas que je vais prendre dans un restaurant. Ce n’est pas le ticket restaurant qui va faire en sorte que je mange bien, à une bonne table, avec de bons amis dans un espace convivial. C’est la même chose pour le Pass numérique, il faut des lieux d’accueil bien organisés dans des temps définis. Sans négliger les autres moyens de communication, pour Eric, c’est le bouche à oreille qui fait que les Pass numériques vont se déployer sur un territoire donné. 

Concernant les conseillers numériques, il s’agit d’une réelle prise en considération des enjeux de la dématérialisation. Cependant, il ne faut pas négliger qu’il s’agit d’une expérimentation qui n’aura de sens que si elle débouche un projet pérenne et partagé par tous les acteurs de la médiation numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.