Savoirs pour réussir s’installe à Metz

L’association Savoirs pour réussir s’installe à Metz-Borny. Pour se présenter, et profitant des Journées Nationales d’Actions Contre l’Illettrisme, l’association a convié de nombreux acteurs locaux pour l’inauguration de sa nouvelle antenne messine le 7 septembre 2021. Ses locaux se situent au 3 rue du Limousin à Metz-Borny, juste au dessus de la Maison du FLE.

« Savoirs pour réussir » une association engagée dans la lutte contre l’illettrisme

C’est la directrice de l’association Caroline Bartelmann qui s’est exprimée la première ce mardi 7 septembre. Elle a présenté le déroulé de la matinée qui était organisée autour des prises de paroles des différents acteurs engagés dans la lutte contre l’illettrisme. Le temps fort de l’événement était la représentation du spectacle documentaire « Au pied de la lettre » de la compagnie théâtrale L’Échappée Belle.

Salvatore Parello, président de l’association et membre du Comité Direction Générale Grand-Est de la Caisse d’Épargne (qui accueillait l’événement au sein de son amphithéâtre à Metz) a présenté l’histoire de Savoirs pour réussir et rappelé quelques chiffres.

L’association existe depuis 15 ans, sa première antenne a vu le jour dans le Haut-Rhin. La nouvelle antenne de Metz illustre pour M. Parello la volonté de la structure de couvrir le Grand-Est pour répondre à un besoin bien réel.

En effet, en France, selon les chiffres les plus récents, environ 11% des 18-65 ans sont considérés en difficultés de lecture, 4 à 5 % en situation d’illettrisme et la moitié d’entre eux seraient en situation professionnelle. Pour endiguer le phénomène et réduire le nombre de personnes en situation d’illettrisme, l’association propose donc des accompagnements individuels. Ils sont ciblés sur des objectifs précis et sur les centres d’intérêts des personnes.

Pour détecter, accompagner, diriger vers l’emploi, l’association tisse des liens avec de nombreuses structures au niveau national et régional. M. Parello a donc remercié les Missions Locales, Les Papillons Blancs, Les EPIDE (Établissements pour l’insertion dans l’emploi), le Centre du Service National et de la Jeunesse, Pôle Emploi, les CFA, les centre sociaux, les assistantes sociales, les mairies et les services de l’État. Pour l’antenne de Metz, il a remercié particulièrement le GIP FTLV Le Groupement d’Intérêt Public « Formation tout au long de la vie « , pour la mise à disposition des locaux à Borny, France Relance, (l’association ayant été lauréate du dispositif), ainsi que Stéphanie Todaro la responsable de l’antenne de Moselle.

Monsieur Delcayrou, secrétaire général de la Préfecture de Moselle s’est félicité de l’ouverture de cette nouvelle antenne. Il a expliqué que la subvention que Savoirs pour réussir à reçu de France Relance (30 000 euros) devait être considérée comme une aide au démarrage, tout en assurant que l’association serait accompagnée par les services de l’État au quotidien. Il a également mis en avant le choix du quartier de Borny « déjà riche d’acteurs associatifs » pour l’implantation de Savoirs pour réussir.

Éric Nedelec, Directeur adjoint de ANLCI a profité de son discours pour introduire le spectacle de la compagnie L’Échappée belle. Il a insisté sur le fait qu’un regard positif devait être posé sur les personnes en situation d’illettrisme pour que l’angoisse ou la honte disparaissent et surtout montrer que des solutions existent.

« Au pied de la lettre » des saynètes documentaires pour prendre toute la mesure du problème de l’illettrisme

La compagnie l’Échappée Belle a joué son spectacle documentaire « Au pied de la lettre« . Une pièce qui prend la forme de saynètes mettant en scène les difficultés quotidiennes auxquelles sont confrontés les personnes en situation d’illettrisme. Le spectacle pose un regard sans jugement sur les expériences des personnes en situation d’illettrisme. Que ce soit, dans le monde du travail, dans la rue, face à l’administration, pour accéder aux soins médicaux ou même pour raconter une histoire à ses enfants, l’illettrisme, s’il est vécu comme un handicap, n’est jamais présenté dans la pièce comme une fatalité.

La mise en scène est plutôt originale. Les 3 acteurs sur scène sont accompagnés par une cadreuse visible, filmant un détail ou les visages. L’image filmée est projetée en direct, derrière les comédiens.

La pièce montre que l’estime de soi est l’un des enjeux fondamentaux de la lutte contre l’illettrisme. D’après les témoignages recueillis, la grand majorité des personnes en situation d’illettrisme cache le problème à son entourage. Le but est de faire comprendre à quel point ce qui paraît banal pour les autres se transforme en véritables épreuves pour ces personnes. Elles ont recours à différents stratagèmes pour ne pas éveiller l’attention des autres.

Réactions et discussions entre acteurs

La suite des discussions s’est orientée principalement sur les modes de détection des personnes en situation d’illettrisme et sur le partage des informations entre acteurs et leurs capacités à diriger les publics.

Les JDC (Journées défenses et citoyenneté) a été présenté comme un moyen de détection de l’illettrisme chez les jeunes. En Moselle 13 500 jeunes par ans sont concernés par ces journée. Sur les 13 500 participants, les décrocheurs seraient a peu près 300. 1500 jeunes seraient en difficulté de lecture et la moitié aurait atteint le stade de l’illettrisme.

Il s’avère cependant plus difficile de détecter les adultes concernées par l’illettrisme. Nous avons appris que La Banque de France, qui intervient sur l’éducation financière des publics par le biais d’ateliers, a remarqué que beaucoup des personnes concernées avaient des problèmes de lecture. L’institution participe alors à la directon des publics vers les structures adaptées.

Les Missions locales permettent également de faire du repérage, via les évaluations de la Garantie Jeunes par exemple. Les GRETA ou CAP emploi détectent également des personnes en situation d’illettrisme.

Olivier Flury, Chargé de mission ANCLI Grand-Est a conclu la matinée de discussions en expliquant que des moyens humains et financiers et de nouvelles actions étaient nécessaires pour détecter et accompagner les personnes en situation d’illettrisme. Il a toutefois remarqué que beaucoup d’acteurs travaillaient déjà ensemble. Pour lui, cette dynamique doit donc se poursuivre et être accentuée. L’idée étant de développer des solutions structurées à l’échelle locale puis nationale.

L’illettrisme cache des réalités plurielles. Il est donc important de s’appuyer des réseaux d’acteurs et de proposer des solutions individualisées. Nous souhaitons donc la bienvenue à Savoirs pour réussir à Metz.

Informations

Savoirs pour réussir, antenne de Moselle

Metz : 3 rue du Limousin (57070)
07 64 88 21 96

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.