Petit guide de survie de la famille confinée et connectée

Sans l’avoir voulu ni avoir eu le temps de nous organiser, nous nous retrouvons enfermés à la maison. Heureusement, les médias vont nous apporter un sérieux coup de main, si toutefois nous arrivons à les utiliser à bon escient.

S’informer et communiquer

En ces temps confinés, les médias sont devenus notre principale fenêtre sur le monde, que ce soit pour s’informer ou pour communiquer.

S’informer

Savoir ce qui se passe et comment les choses évoluent est nécessaire. Cela peut même être un besoin pour se rassurer. Attention cependant, le déluge d’informations peut s’avérer anxiogène et ce, d’autant plus que les nouvelles peuvent être mauvaises, contradictoires ou fausses.

Comprendre ce qui se passe permettra aux enfants de s’adapter à la nouvelle organisation de la vie de famille.

Il faut veiller à ce que les enfants soient protégés sans pour autant être tenus à distance. Les adultes peuvent être stressés voire angoissés et les enfants le sentent. Ils ont également besoin d’être rassurés. Il est alors important de leur laisser l’opportunité de s’exprimer et de verbaliser les questions qu’ils se posent. Bien entendu, il faut y répondre avec des mots adaptés à leur âge. Et s’il ne faut pas dramatiser, il est nécessaire qu’ils comprennent que la situation que nous vivons est exceptionnelle et passagère, même si la crise sanitaire risque de durer un certain temps. Comprendre ce qui se passe leur permettra de s’adapter à la nouvelle organisation de la vie de famille. 

En somme, tout le monde doit faire des efforts à cause de la situation. Ce sont les parents qui s’improvisent chefs d’orchestre, c’est à eux de donner le ton et le rythme de la vie de la famille.

Communiquer

Vivre confinés ne signifie pas que nous soyons isolés. On sait depuis Aristote que l’être humain est un animal social qui a besoin de contacts et de liens. Téléphone, messageries instantanées et réseaux sociaux sont des moyens de garder le contact avec ses proches : famille, amis, collègues, camarades de classe, enseignants, etc. Prendre des nouvelles des uns et des autres est indispensable. Savoir que les autres vont bien permet de dédramatiser la situation ou d’apporter du soutien à ceux qui traversent une période difficile.

Jouer aux jeux vidéo en ligne permet de partager des moments de plaisir avec d’autres. Et, en ce moment, nous en avons tous besoin !

Il faut veiller à ce que les enfants ne perdent pas ces contacts. Plus ils sont jeunes, plus il faut favoriser l’image et la voix. Communiquer par écrit nous prive du contexte émotionnel de nos interlocuteurs. L’écriture est aussi plus réflexive que la communication orale. Nous avons alors tendance à davantage nous livrer, exprimer plus facilement ce qui relève de l’intime et à utiliser des figures de styles : sur les réseaux sociaux, nous sommes en quelque sorte tous écrivains.

Ce n’est qu’à partir de l’adolescence que ce « lire-écrire » est bénéfique, voire nécessaire. Avant cet âge, l’enfant n’est pas en mesure de gérer les différents registres linguistiques et, généralement, les échanges sur les réseaux sociaux tournent court pour ces raisons.

En revanche, créer des contenus, liker des photos sur Instagram ou laisser un commentaire sur Tik Tok permet de matérialiser ce lien. Les parents doivent cependant veiller à ce que les enfants ne soient en contact qu’avec des personnes qu’ils connaissent physiquement. Pour les adolescents, comme d’habitude, il faut discuter avec eux de leurs activités en ligne. Demander avec qui ils sont en contact permet de rassurer les parents tout en intégrant les amis des adolescents dans le cercle familial élargi.

À noter également que jouer aux jeux vidéo en ligne permet de partager des moments de plaisir avec d’autres. Et, en ce moment, nous en avons tous besoin !

Loisirs et activités

Jeux vidéo, dessins animés, films, séries, documentaires sont à la fois des loisirs et des activités culturelles. Bien sûr, tout le monde n’a pas les mêmes goûts. Il faut alors apprendre à doser et partager en trouvant l’accord subtil entre les activités familiales et individuelles. Chacun doit pouvoir y trouver son compte.

Ce sont les parents qui s’improvisent chefs d’orchestre, c’est à eux de donner le ton et le rythme de la vie de la famille.

Vivre constamment les uns avec les autres n’est pas une chose aisée. À certains moments, enfants, adolescents et adultes vont avoir besoin de se retrouver dans leur bulle. Par contre, avoir tendance à trop s’isoler peut être le signe que quelque chose ne va pas. Nous traversons une période où prendre soin des uns et des autres est indispensable ! Cela signifie qu’il faut être à l’écoute et tolérants…

C’est aux parents qu’incombe la tâche compliquée d’organiser la vie de famille confinée, et la place des médias en fait partie. Il faut alors veiller à alterner les moments avec et les moments sans, les activités familiales et les plaisirs solitaires, veiller à ce que chacun puisse regarder ou jouer à ce qui lui plait sans que cela ne gêne les autres, et à ce que les plus jeunes ne soient pas confrontés à des contenus inadaptés ou que les plus grands ne soient pas lassés par les contenus des plus jeunes…

En bref, l’accord parfait est difficile à trouver parce que tout le monde n’aime pas les mêmes choses. Pour que les médias ne deviennent pas une source de conflit, le meilleur moyen est de faire preuve de curiosité à l’égard de ce que font les uns et les autres et de favoriser le dialogue autour des médias préférés de chacun. Et pourquoi ne pas en profiter pour s’intéresser à ce que l’on ne connaît pas ?

Travailler et apprendre

La période actuelle est totalement inédite parce que la maison devient à la fois un lieu de vie, un lieu de travail et une école. Il ne faut pas se leurrer, il va être très difficile d’être aussi productif à la maison qu’au travail ou aussi studieux qu’à l’école. Par contre, si pour les adultes se réfugier dans le travail peut être une barrière à l’angoisse, les enfants et les adolescents risquent moins d’être sujet à ce mécanisme de défense.

Il ne faut pas se leurrer, il va être très difficile d’être aussi productif à la maison qu’au travail ou aussi studieux qu’à l’école.

Aussi, il est illusoire de croire qu’ils seront capables de travailler 6 heures par jour en autonomie. De même qu’il est utopique de croire que les parents auront le temps et les compétences de se substituer aux enseignants. Le plus important est alors de ne pas se mettre la pression et de ne pas mettre la pression aux enfants. Aux programmes scolaires, préférer le plaisir d’apprendre, en faisant avec ou en valorisant le travail accompli, plutôt qu’en s’inquiétant de ce qui n’a pas été fait.

Confits sans conflit

Parce que la bonne méthode n’existe pas plus que que la recette miracle, à Bornybuzz nous avons décidé de créer « Confits sans conflit » un groupe d’entraide sur Facebook parce que nous savons que les situations compliquées se règlent au cas par cas. N’hésitez pas à nous rejoindre que vous ayez des questions, rencontriez des difficultés ou que vous ayez simplement envie d’inventer collégialement les solutions à cette période extraordinaire.

Liens utiles

Bornybuzz a rédigé un article qui permet de bien s’informer sur le Coronavirus pour les messins

Le site de la souris grise à réaliser un guide pour concilier apprentissage et loisirs

2 Réponses

  1. Constats et recommandations utiles. Le conseil citoyen de Montmagny met en oeuvre un projet d’écriture « Que vais-je laisser derrière moi ? » Et nous mettons en pratique ce qui peut aider dans le passage de l’oral à l’écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.